C’est la rentrée scolaire ! Protégez vos enfants des poux

Les vacances d’été s’achèvent pour nos chères petites têtes blondes. Il est temps de reprendre le chemin de l’école. Et qui dit rentrée scolaire, dit retour de ces petits nuisibles qui s’attaquent à notre cuir chevelu, les poux. Pas de panique, l’insecte est certes fort incommodant mais on peut le faire disparaître. Mais avant de s’y attaquer, il est intéressant de connaître notre ennemi.

La vie des poux et son mode de transmission

Notre petit colocataire au doux surnom latin de pediculus humanus est un insecte pas plus grand qu’une tête d’épingle. Un spécimen adulte mesurera 3 à 4 mm. Donc ce n’est pas la petite bête qui va manger la grande. Pediculus commence sa vie à l’état d’œuf que l’on appelle également lente. Maman pou est capable de pondre un peu moins d’une dizaine d’œufs par jour pendant un mois. Je vous laisse faire le calcul… On va dire approximativement 180 individus. Ça en fait du monde là-haut et personne ne paye de loyer. Après une semaine de vie, la lente va donner une nymphe qui va atteindre le stade adulte en seulement 15 jours. On comprend mieux maintenant pourquoi il faut lancer la contre-offensive dès que l’on décèle sa présence. Tout au long de sa vie, le pou va se nourrir de sang ce qui provoque les fameuses démangeaisons au niveau du cuir chevelu. Cette sensation désagréable est provoquée par la salive de l’animal lorsqu’il pique.

Parlons maintenant de son mode de transmission : non, les poux ne sautent pas d’une tête à l’autre. Je ne remets pas en question les qualités physiques de ce micro athlète mais le pou préfère la facilité. Il va patiemment attendre que les têtes se touchent pour passer de l’une à l’autre. Il peut également s’agripper à un objet qui est en contact avec les cheveux (bonnet, brosse, écharpe, etc.) et patienter jusqu’à ce que le repas soit servi.

Mon enfant a attrapé des poux, que dois-je faire ?

Il est difficile d’anticiper une invasion de poux mais ne soyez pas inquiets, il existe des moyens pour les faire disparaître. Tout d’abord, vous devez fouiller minutieusement la tête de vos enfants pour voir le niveau d’infection. S’agit-il de deux, trois individus ou alors s’agit-il d’un véritable débarquement ? Ensuite si vous constatez la présence du nuisible, contacter au plus vite l’école de vos enfants pour qu’eux même puissent prendre des mesures préventives. Il est conseillé de couper les cheveux de vos enfants afin que le pou ait moins de surface pour s’accrocher et se cacher. Je sais, les petites filles ne vont pas être contentes. Passer un peigne anti-poux, mèche par mèche, trois à quatre fois sur une durée de deux semaines afin d’éliminer l’insecte et ses résidus. Vous pouvez également utiliser un shampoing anti-poux. Bien lire la notice d’utilisation avant application. Fini les produits chimiques, on voit de plus en plus de produits et shampoings entièrement naturels qui respectent la peau fragile de l’enfant.

Le pou n’est pas une fatalité, il sévit effectivement toute l’année avec des pics d’activité à la rentrée. Mais soyez rassurés, vous pouvez amener vos enfant à l’école en toute sérénité. Vous êtes maintenant armés en cas de contamination par les poux.

Bientôt un vaccin contre le cancer du sein ?
Sida : un vaccin contre le VIH bientôt à l’essai