Régime paléolithique : perte de poids rapide mais difficile à suivre à long terme

Le régime paléolithique consiste à adopter le même menu que nos ancêtres de l’âge de pierre. En excellente forme physique et peu (voire pas) touchés par les maladies dégénératives : et si les premiers humains nous montraient l’exemple à suivre ?

En plus de perdre du poids, s’alimenter comme les chasseurs-cueilleurs permettrait d’après certains médecins de limiter les risques de maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques et l’arthrite rhumatoïde.

L’objectif du régime paléolithique ? Perdre du poids, améliorer sa santé en général, retrouver son énergie, améliorer sa digestion, dégager ses sinus et prévenir plusieurs maladies.

Comment ça marche ? Ce régime supprime produits laitiers et céréales, dont le pain, les viandes grasses, aliments salés, boissons gazeuses et le sucre.

Faible en glucides, il autorise la consommation de viandes maigres, volailles, poissons, fruits de mer, œufs, fruits et légumes pauvres en amidon, noix et graines. Ce régime permet aussi avec modération les avocats, huiles pressées à froid, thé, café et boissons alcoolisées et fruits séchés.

La règle d’or : cesser de manger lorsqu’on n’a plus faim.

Facile à suivre à court terme, il peut devenir plus difficile à long terme en raison de sa monotonie.

Les bébés de mères végétariennes en dangers ?
Vacances : attention aux intoxications alimentaires, précautions anti-tourista